lundi 23 septembre 2013

CINQ PREPARATIONS





1. Barque à l'amarre je me suis coulée, reins et exil 

(non je ne me suis pas coulée 

malgré les rames
malgré la marée)



2. L'été, les pétales, et comment vous vous appeliez. Mais j'ai soufflé sur tous ces mondes.



3. L'eau elle fut gardée pendant des siècles. C'est pour ça que les chiens la déchirent au fond de l'âme.




--------


5. (Sonnet à la manière de qui ?)
           
         

    COURRIER DE DELPHES A CUMES


Toi, ma pauvre Sibylle, et l'île volcanique

Où tu perdis ta voix, et l'enfant d'Eurotas
A la lèvre troublée, la coupe d'hypocras...
Mais qui ne l'eût aimé, cet ange laconique ?

Pour lui je ranimai le souffle du Portique.

Je saisis à mains nues -comme le vieil Atlas-
La Terre des Aïeux. Un songe seul, hélas,
Me permit d'accéder à l'antre prophétique.

Déjà l'Orient blême attarde ses lueurs.

Qui se rendrait encore au festin de Cybèle ?
On rembarque la pierre arrachée à ses ailes.

Est-ce Toi ma Sibylle ou mon prince rêveur ?

En vain ai-je éprouvé, sous le secret d'une yeuse
Et le myrte tremblant, vos épaules soyeuses. 



 --------



(a l'ugolienne e troppo e troppo ed ancora e sempre al tempo)

5. Enfant ! Au moment de la mer, récite par coeur !