jeudi 28 mars 2013

DE CARMINE / SUR LA POESIE / SALAH STETIE

" Pointe avancée du langage, la parole poétique se trouve être en avance sur l'homme, dans la mesure où celui-ci est, pour l'essentiel, corps verbal... Parole en incessante recherche, homme en perpétuelle naissance.
Elle seule, la poésie, garantit la parole qui la précède, l'usuelle, et qui, langue, croit lui avoir frayé le chemin vers le jour. Toute langue est morte que la poésie, à la crête de cette langue, n'anime pas. "
                            
                        Salah Stétié, La Unième Nuit.


Avec Stétié, la poésie prétend d'office à la spécificité irréductible qui l'arrache aux déterminismes mécaniques ou procéduraux de la langue courante. Il va même, fort de cela, jusqu'à en faire la justification presque vitale du langage commun (...) A la limite, la langue courante serait de la poésie vieillie qui ne laisse plus derrière ses anciennes fulgurances que de pauvres scories linguistiques.

                  Mohamed Boughali, Salah Stétié, un poète vêtu de terre. Ed. Publisud, 1996.


plénitude à la fois évidente et invérifiable 

                        Salah Stétié, Archer aveugle.