jeudi 19 juin 2014

AIMES-TU LE VENT OU LE CONTRAIRE XVIII / XIX



Sinon au merle à qui chanter
Revoici la fille au violon
Et l'épaule la plus nue au monde
Sinon l'hiver sautiller où ?
Ne cherche plus à qui te taire
Station c'est où l'instant suivant ?
Entre toi moi et le néant
Par où on prend pour aller où

                        
                        *




Peut-être trouvais-tu que c'était facile, ce que je faisais là, souvent huit fois huit fois. Ça faisait un moment que ce monsieur se berçait  et berçait l'ami (jour masculin) avec ses merles, ses épaules etc. , plus une surprise facile ou savante à chaque fois. Se berçait, oui,  éternel enfant vieillard (ça, facile à dire, O.K.). Du genre musicien. Eh bien, musicien inabouti, mon impression exacte était celle de celui, l'idée me vient, qui accorde son instrument, et qui du coup en joue déjà. L'un sans doute vérifiait la justesse de l'autre, que te dire de plus, ami ?



                        *

Pour Frédéric Deluy.


Ici on encre encore les crânes
Ça sonne ça sonne à la volée
Une fille, le regard regardé,
Cassa. Mais la peignit, sa fille.
La mort croit encore à son corps
C'était déjà fini d'être elle
Poète est qui abuse de l'océan
C'était toi ? Juste une cuisse ratée