mardi 2 juin 2015

PLAT DU JOUR

"Tout jardin sera public. "
               Salah Stétié, L'être, p.52                
                                                




Là le haïku m'échappe
Je rentre dans mon nom
Pour y tourner en rond
Fût-il et y danser

Et qui est aux abois
Sinon ce joli gouffre
Non lui, moi, être,
Fût-il et y danser

J'ai vu chez mon aveugle
Petit os de mon âme
Les mains serrer les choses
Fût-il et y danser

Toi voici les déserts
C'est pour ta petite main
Que je tiens pour quoi faire
Fût-il et y danser

Mon vieux chien tu oublies ?
C'est la fin du jardin !
Ta langue n'y pend pour rien
Fût-il et y danser

Et le merle et le moi
Mais que faire du printemps
Qui sautille seul à seul
Fût-il et y danser

Qui suis-je et sans cela
O mère illimitée
Pour mon bateau petit
Fût-il et y danser

Mon ventre n'est formé
Que d'un ancien cheval
Crevé sous moi guerrier
Fût-il et y danser

La forêt on dirait
Elle abrite un ennemi
On s'y cache ou on rase ?
Fût-il et y danser

Mais qui a refermé
La main de cet enfant
Enfant aux écureuils ?
Fût-il et y danser

Mais faut-il les laisser
Et ce chemin et moi
Nous en aller encore ?
Fût-il et y danser

Là le haïku m'échappe
Je rentre dans mon nom
Pour y tourner encore
Fût-il et y danser