jeudi 4 juin 2015

AMATHEMATIQUE

Déjà que je ne suivais pas en français où j'étais prems, que je ne m'intéressais que rarement, alors t'imagines les maths. Une (bonne) formatrice a essayé de me montrer, à moi une fois adulte, prof, seul garçon dans un poulailler de dames "littéraires" effrayées à l'idée poétique que x ne fût x qu'à un certain prix (f) de x, et que cela pût engendrer une droite, que les maths " étaient la matière pour paresseux puisqu'il ne s'agissait toujours que de simplifier ". Mais elle, elle était gentille, c'était une vraie adoratrice et des maths et des élèves. Elle en a sauvé plus d'un de la marée amathématique. 
C'est étonnant d'avoir un fils de seize ans rejeté des maths par sa prof, qui non contente de ce piètre rôle le juge incapable de la moindre manifestation d'intelligence également en français, en histoire, en langues. C'est étonnant comme, mal baisée qu'elle est, elle n'a pas la culture historique, littéraire et artistique de ce jeune homme, l'élégance de sa plume et son aisance orale. En (euros) de x, je donne la représentation sur repère orthonormé plutôt basse, et même tombante... vous allez voir qu'elle va lui trouver une nouvelle déficience. " Bien sûr, à seize ans, x c'est X. Ha! ha ! " 

Un bon élève est celui qui déteste tous les profs sauf un, ou une, qu'il n'oubliera jamais.

L'Education Nationale est un leurre, bouteur de guerre, de pensée unique, d'années de malheur, de labeur démotivé. Heureusement comme on a le même âge, on se fait copains et copines en séparation malsaine du monde adulte. 

Va, choisis ton domaine, choisis ton maître, et obéis-lui aveuglément. Va, mon fils.

C'EST FERME

Entre ou va-t'en mais ne reste pas comme ça.  

On te dit que C'EST FERMé.