mardi 8 mars 2016

SUBSTANCE DU LABYRINTHE III





J'habite la pluie et son aspect têtu
Abrité de l'os de mon âme
Ajoute le moi le silence et les siècles
Et l'histoire sera issue de ses aïeules
Comme crient les vertèbres des chênes

Je marche longtemps sur la route
Où je longe le long chien perdu
"Qui de nous deux quitte qui, 
Singe informé loup misérable ?"
Nuage, chasse l'autre ou deviens-le !

Ce chêne est l'égal de mille pluies
Dur au néant d'y nidifier
Le cerf est l'arbre plus visible
Il court de nombril en nombril
Puis se dérobe juste à sa mort