mardi 28 février 2017

SAGESSE DU 1er MARS



La patience du monde dépasse l'éclair d'une pensée, d'une vie, d'une ère.

                     (Roger Caillois, Minéraux)

*





Livre fermé ô vieux gardien du livre ouvert 






*






J'étais en colère je ne voyais rien. Il n'y avait un paysage que quand je brandissais ma foudre 







*







Si un jour on t'a abandonné ce jour n'existe pas. Abandonné est ton prénom ce matin à jamais



  


*







Ça de sauvé du silence, un mot, un seul, plus réussi que le silence







 

lundi 27 février 2017

RETOUR A QUEL CALENDRIER ?

 pour qui m'importe





Tu écoutes ton père l'écouter
Pourtant le vent n'a rien d'aîné

Et puis d'être toujours c'est faible

Un jour une biche se vit mourir
Avait-elle les yeux pour cela

Le vent n'est qu'une feuille qui remue le vent

jeudi 23 février 2017

FILLE, MERE, PERDUE





Nue et tremblante parmi peu d'arbres
Morte avec mon prénom joli

Très satisfaite de mes entrailles
Moi est ce mot abandonné

Nue d'être sale de faire limpide
Effrayée du dit des oublis

Moi colombe tressée de tigresses
Je vais ton labyrinthe perdu 








mardi 7 février 2017

JUSTE AVANT MERCREDI SI JE REGARDE




Que sombres sont ces inconnues
Que leur pas m'est violence

Que ce trottoir est éternel
Où pleurer sans le faire ?

J'ai un piano trois chats
Que ce trottoir m'est éternel

La sagesse c'est bien mais c'est long 
Violentes les inconnues vers l'inconnu


dimanche 5 février 2017

LUNDI JOUR OU L'ON DIT

Pour Secrète P.







Eh biche d'être perdue
Refuse ces mots ces tigres

Eh

Amuse-toi : être toi

Oublier les blessés
Qui s'appellent des enfants

Qu'on traîne main par la mort

Eh

Dernier tigre souffle
En effet ce qui manque de sang

A ta bouche est ce qui manque de monde

Eh

Biche si mâle
Sombre enfant d'être sombre

Espèce de tresse d'être perdue

Non

Aller où aller

Sans sorte de mot d'aucune sorte




vendredi 3 février 2017

3 FEVRIER ENCORE / MA FILLE EST LA ELLE ECOUTE PATTI SMITH





Je te salue nymphe ô mon arbre
Habitée de sauvage

Habitée et d'avoir dormi
Tellement la vie est courte

Sais-tu que leur paroi
Ça brûle les murs de n'être

Que des murs - que des murs

Que des murs

3 FEVRIER 2017 EXTERIEUR JOUR CETTE FOIS

Mon cheval est une fille
Arrivée hier jadis

En mon jardin ce labyrinthe

Venue elle partira
Chassera haut chaussée

De tous mes mots en trop

Mon cœur seul restera
Car l'habitation du cœur est la mort

jeudi 2 février 2017

3 FEVRIER 2017 DE JUSTESSE

pour Rivière Rivière






Tes larmes tes autres larmes
Ecoute ô engloutie

Un clitoris ça se travaille si long
Tant que que tout s'engloutit

J'ai frappé c'était ma maison
Et puis un monsieur de mon âge 

M'a ouvert la nuit où je suis
Soudain ma maison fut une autre

Alors c'est tant pis hein l'enfance







2 FEVRIER 2017





Chêne abattu près de l'autre chêne près de l'autre éternité 

Et à Gyslaine Le Gal être poète en deux langues comme seule la musique

Etre le 2 du mois des moi où ça meurt par habitude


*

SENTENTIA

Peut-être la poésie est encore concourir contre la poésie.









 

mercredi 1 février 2017

DEUXIEME PREMIER FEVRIER





Oui en effet enfant
Je ramassais

Le vent perdait des choses



Que je pleurais de mots
........................................

En fait le vent dormait



Alors je murmurais
Un secret mais secret

Très secret par exemple


Donc je me murmurais...
Impossible une espèce de jeune fille

Au cou froid d'une écharpe



En effet en effet enfant
Mais mais mais mais mais mais

Toi le vent... eh, ramasse 

FEBRUAR ERSTER TAG






Mais le ciel je ne le discute pas
A part ces aigles aux angles compliqués

Moi je me dispute mes plumes
Toi tu te rouvres mes plaies

Alors me voici ce poème
Ouais : aigle délivrant le courrier