jeudi 16 mars 2017

LA NUIT SEMEE D'ENDROITS IV







Sœur d'impossibles jardins, traceuse d'oiseaux manqués par la guerre dans le ciel rouge dans le ciel noir. D'oiseaux manqués par mes gestes d'arbre. Et d'oiseaux dans pas un ciel, de beaux oiseaux tous échappés au peintre de l'invisible. Et qu'on met à crier là, pour toujours.





*





Nue encore dans mon corps, traînée dans des nuits oubliées, morte, en haillons de peau et de souvenirs. Nue chaudement dans mon cœur. Nue dans de la soie, dans le pollen de la lune, nue dans le centre du centre du monde.





*





Sois douce, il y a trop peu d'ombre au monde, trop peu de nuit pour baigner la foudre. Sois dans mes mots le mot enseveli, sois le mot orpheline, sois la fontaine des profondeurs du cœur.