samedi 20 mai 2017

LA NUIT SEMEE D'ENDROITS VII

L'aveugle il brûle le pourquoi du vent. Il tisonne dans ce que nous ne savons pas. Ni pleurer ni appeler souvenirs. Il est, lui, l'aveugle.

Toi je t'aime même à jamais. 

Après notre dispute j'ai eu une chance d'oiseaux, je te répète donc, comme moi. 

Ah cet avion ce vilain passage en haut, le temps. 

Il tisonne dans ce que nous ne savons pas, même nous. Silence. Il demande ce qu'il sait, écoutons :

Est-ce que la nuit est semée d'endroits ? 

Est-ce que les arbres sont arrivés les derniers ?

L'aveugle. A ça nous, les abandonnés, notre réponse se perd dans la cécité.

Est-ce qu'être abandonné c'est voir trop ?

Est-ce que le jour est plombé de jour ? O frisson solitude,

J'aime, même à jamais.